Archives pour la catégorie Manoeuvres urbaines

Interventions artistiques dans des lieux construits, villes ou villages, et qui s’agencent à, ajoutent ou transforment des éléments de ce contexte.

la plante en ville 6

Samedi le 18 mai à 16h40, a eu lieu une sixième promenade de la plante en ville. La promenade avec une feuille géante a voyagé en direction sud-ouest et s’est terminée au Square Dorchester vers 17h15. Cette fois, cette action a eu lieu sans collaborateur. J’ai documenté la coupe de la feuille avant le départ et photographié la feuille à l’arrivée.

Cette nouvelle promenade avec une feuille a suscité diverses réactions. Sur la rue St-Laurent, quelqu’un s’est exclamé: -That’s awsome, I like your style!

Ailleurs on m’a demandé ce que je faisais avec cette feuille, j’ai répondu que cette plante pousse chez moi et qu’au lieu de jeter les vieilles feuilles, je les rends à la nature. Et la nature ici, c’est la ville, c’est la rue. «That’s a good idea, what a nice thing to do!»
Un groupe de gens s’est écarté pour me regarder passer. L’un d’eux: – oh, laissons passer la dame avec une feuille, c’est une énorme feuille!
Une dame: – That’s incredible!  Probablement à cause de la grandeur de la feuille..
Une petite fille à sa maman: -Regarde la grande feuille!

Puis de trois ados, le plus dégourdi me demande si c’est une vraie feuille. Je réponds oui – it grows naturally, at my home – Cool!.. qu’il répond, puis à son copain derrière mon dos – stupid!…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

mot de craie | street tCHalk

Dans la nuit du 30 juin au 1er juillet 2012, sur la rue Aeschenvorstadt (entre Aeschenplatz et Brunngässlein) à Bâle, j’ai écrit ce texte à la craie sur la chaussée:

«SOLANGE ES ZU HAUSE GUT GEHT, SORGE ICH MICH NICHT»

-Tant que chez moi ça va bien, je ne m’inquiète pas.

Par le biais des médias sociaux, je suivais à distance les événements du «printemps érable» auquel je ne pouvais pas participer physiquement. À Bâle, tout suivait son cours tranquillement. Dans ce pays neutre, ces événements semblaient ne pas concerner les citoyen.ne.s. Et puis l’information tardive qui provenait du Québec reflétait la couverture médiatique biaisée et réductive soutenue par une grande partie des médias traditionnels au Québec et au Canada. Quoi qu’il en soit, dans une société ordonnée comme celle de Bâle en Suisse, j’avais vu peu de manifestation de revendications ou de protestation. Pourtant Occupy Switzerland avait ses militants à Bâle, Zürich, Bern, St.Gallen, Zug… mais tout s’était calmé avant mon arrivée, en janvier 2012.

Photos: Yuki Okumura

Ce diaporama nécessite JavaScript.