Archives du mot-clé art action

Esperando a German

Mercredi le 9 mars 2016
«Esperando a German» provient d’une jeune fille de Blanca dont le frère a quitté la ville pour aller étudier ailleurs et celui-ci lui manque beaucoup.
Lors de la dernière mise à l’eau un groupe d’adolescentes était rassemblé près de la rivière et avec Jair et Jean-Paul, nous avions discuté avec elles de ce que pouvait susciter l’apparition «Palabras seguras» sur la rivière. L’une a mentionné la naissance de AnaÏs, la dernière-née de sa famille. Une autre disait que les loutres ont quitté le Rio Segura depuis que les gens jettent leurs déchets dans la rivière. Ç’aurait donc pu être: «nutrias a cambio de los residuos»
J’aimais beaucoup l’appel d’une sœur pour son frère de 20 ans. Allait-il revenir à Blanca? Pour Pepete, le premier ami que j’ai rencontré ici, après avoir passé 3 ans ailleurs pour le travail, il lui fallait revenir vivre à Blanca.

Je tente ici encore une fois d’envoyer au vent et sur l’eau des lettres. Cette action nécessite l’aide de plusieurs personnes et je peux donc pas spontanément «lâcher mes mots». Je réfléchis maintenant à d’autres possibilités d’apparitions. Ailleurs dans la ville?

photos: Jean-Paul Kristensen
Accompagnée de / with company of :  Jair Mendez, Ambar Luna Quintanar, Jean-Paul Kristensen  et / and Abraham Hurtado of Centro Negra.

Wednesday, March 9, 2016
« Esperando a German » comes from a girl whose brother left Blanca to study in another city and she misses him a lot.
The last time I did send letters on the river a group of teen girls gathered near by and with Jair and Jean-Paul, we discussed with them of what could mean « Palabras seguras » floating on the river. One mentioned the birth of Anais, the latest new born in her family. Another said that otters had left the Rio Segura since people throw their waste into the river. It could therefore have been « nutrias a cambio de los residuos »
I really loved the call for a sister to her 20 years old brother. Would he return to Blanca? For Pepete, the first friend I met here, after spending 3 years elsewhere for work, he had to move back to Blanca.

I try once again to send letters to the wind and water. This action requires the help of many people and so I can not spontaneously « drop my words. » I now think about other possibilities of appearances. Maybe elsewhere in the city?