Archives du mot-clé action publique

la plante en ville 11

La dernière plante en ville a eu lieu le 26 août 2017. Lorsque je suis revenue à Montréal après une absence d’un mois, j’ai retrouvé la plante abîmée, des tiges s’étaient affaissées, rendues fragiles par le manque d’eau de la canicule d’été chez moi.
Cette promenade s’est effectuée sur- et sous terre, en métro. Nous nous sommes dirigées vers le carré Saint-Louis et sommes descendues au métro Sherbrooke. Nous sommes remontées au métro Lionel-Groulx. La promenade s’est terminée au tertre qu’occupe le centre Dare Dare. Ce samedi-là avait lieu une Petite Vite: un évènement où des artistes, des commissaires venaient présenter leur démarche, leur pratique ou leur projet en quelques minutes comptées.
Il y a déjà 5 mois que l’évènement a eu lieu.
Images et mouvements captés par Alain Richard

la plante en ville 10

IMGP9294Mercredi le 12 août 2015, jour de soleil, j’ai promené la plante en direction nord, jusqu’au Champ des Possibles. En route, j’ai croisé des gens souriants, des enfants étonnés, curieux. Une petite fille m’a suivie un bloc, elle devait passer par là mais elle a marché derrière moi et m’a vite dépassée lorsqu’elle a atteint son feu vert. Cette fois, on ne m’a pas interrogée. La feuille géante a suscité des sourires, des «Wow!», des «Super!». Au coin des rues St-Denis et Laurier, des travailleurs de la voirie m’ont suggéré de marcher du côté ombragé de la rue pour ménager la feuille. Personne n’a posé de question. J’avais l’impression qu’on connaissait déjà la plante en ville. Au Champ des Possibles, un monsieur était assis sur le carré de bois et lançait une balle à son chien avec une espèce de crosse en plastique. Il m’a demandé si ma feuille allait mourir, je lu ai répondu oui (il me demandait à sa façon, si j’allais laisser la feuille sur place). Mais en fait, j’aurais pu lui répondre non, qu’elle allait maintenant vivre encore ici. J’ai installé la feuille sur le socle de bois, elle faisait «oui» dans le vent.

On Wednesday, August 12 2015, sunny day, I walked the plant north up to the Champ des Possibles. On the way I met smiling people, children surprised, curious. A little girl followed me for a block, she was simply going her way, but she stayed behind and quickly passed me when she reached the green light. So this time, I was not questioned. The giant leaf generated smiles, « Wow! », a « Great! », and then at the corner of St-Denis and Laurier streets, the road workers suggested that I walk on the shady side of the street to protect the leaf. But no one asked any questions. It almost felt like the plant was known. In the Champ des Possibles, a man was sitting on the wood stage and launched a ball with a a kind of lacrosse stick to his dog. He asked me if my leaf was going to die. I said yes (I read that in his way, he asked me if I was going to let the leaf there). After thought, I could have answered no, for she was now going to live there. I installed the leaf on the wooden base, she was waving «yes» in the wind.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

la plante en ville 8

Image

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le 26 mars 2014, direction le Mont-Royal. Pour des baladeuses et des promeneurs, la feuille a été perçue comme un appel désespéré au printemps. Mais moi je n’en ai pas marre de l’hiver. Il y a des pays où l’hiver dure deux ans, à Tomes par exemple.*  Et pour une plante d’intérieur, c’est de la broutille.

Boulevard St-Laurent: – Tiens, je savais pas que les palmiers poussaient au Québec!
Coin St-Urbain-Duluth: – C’est une bonne idée ça, on a bien besoin du printemps! C’est vraiment drôle!
– Comme une pancarte ou un parapluie, mais c’est une feuille! Et vous avez ça chez vous? –Oui, ça pousse aussi au Québec, chez moi elle devient énorme. – J’aime ça, c’est bien ce que vous faites !

On the 26 of March 2014, walk to the Mont-Royal. For some wanderers, the leaf was seen as a desperate call for spring. But I‘m not fed up with  winter. There are countries where winter lasts two years, in Tomes for example.*  And for a houseplant, this is irrelevant.

Boulevard St-Laurent: Well, I didn’t know that palm trees grew in Quebec!
St-Urbain-Duluth corner: This is a good idea, we really look for spring to come! It’s really funny!
It’s not a placard nor a umbrella, it comes from your home?   –Yes, it also grows in Quebec, in my home it’s this enormous. 
I like that you do this !

Projet la plante en ville – promenade avec une feuille
* Christoph Ransmayr «Le dernier des mondes» Flammarion1988.
Photos: André Deniger